" Islam - Comprendre l'islam "

  : Ajouté le 27/7/2007 à 22:03

 

 

 

Au Nom de Dieu le tout MisericorDieux le Tres MisericorDieux

 

L'islam est une religion monothéiste (croyance en un seul dieu) , chronologiquement le troisième grand courant monothéiste de la famille des religions abrahamiques. Apparu en Arabie au VIIe siècle, il se distingue du courant judaïque et du courant chrétien desquels il hérite de nombreux éléments.

L'islam a un livre sacré, le Coran, dont le dogme assure qu'il a recueilli les révélations de Dieu au prophète Mahomet par l'intermédiaire de l'ange Gabriel.

Aujourd’hui, il y a environ 1 milliard de fidèles de l’islam, qui vivent dans le monde entier. Ils se répartissent en plusieurs courants, notamment le sunnisme et le chiisme. C’est en Indonésie que vit la communauté musulmane la plus importante au monde.

Quelques définitions

  • Le mot «  islam » avec une minuscule désigne la religion révélée à Mahomet.
  • Le mot « Islam » avec une majuscule désigne l'ensemble des peuples musulmans, la civilisation islamique.
  • Le mot « musulman » désigne ce qui est relatif à la religion : les personnes professant l'islam et ce qui est relatif à ses lois et rites.
  • Le mot « islamique » renvoie à l'islam en tant que religion et en tant que civilisation.
  • Les mots « islamisme » et « islamiste » s'employaient autrefois pour « islam » ou « musulman ». Ces exonymes sont utilisés aujourd'hui (en premier lieu par les mass medias) pour désigner un islam politique et extrèmiste.

Étymologie :Le mot islam est la translittération du mot arabe الإسلام, transcrit 'islām    écouterécouter, qui possède un équivalent en syriaque comme en hébreu mais pas en français. Il possède, comme de nombreux termes de cette religion, deux significations : une signification générale propre à la langue arabe, et une signification religieuse plus spécifique.

En arabe, islam signifie « soumission » volontaire, ou « allégeance », sous-entendu « à Dieu ». Il s'agit d'un “nom d'action” (en arabe اسم فعل ism fiʿl), dérivé d'une racine sémitique de trois consonnes, s.l.m; cette racine désigne l'acte de se soumettre d'une manière volontaire, de faire allégeance. Le “nom d'agent” (en arabe اسم فاعل ism fāʿil, celui qui fait l'action) dérivé de cette racine est مُسْلِم muslim « celui qui se soumet », à l'origine du mot français musulman. Enfin, la même racine s.l.m renvoie à la notion de « paix », comme on le voit dans la salutation salām, équivalent de l'hébreu shalom.

On retrouve le terme muslim dans de nombreux versets évoquant la soumission comme par exemple la fin du verset 136 de la sourate 2 en arabe : Wa Naĥnu Lahu Muslimūna qui signifie « Et à Lui nous nous soumettons ».

Pour la religion et donc selon les musulmans, islam désigne la soumission à ce que le Créateur des Mondes, Allah (Dieu), qui serait une contraction de l'arabe al-ilāh, « le Dieu » (cf. Allah) aurait ordonné et dont la parole aurait été transmise par les prophètes messagers, en arabe, nabī rasūl, qu'on glose par « à qui il est révélé d'appeler le peuple à suivre des lois qui lui ont été révélées et qui sont spécifiques au messager », et les prophètes non messagers, en arabe nabī, glosé par « à qui il est révélé d'appeler le peuple à suivre la loi du messager qui l'aura précédé ».

C'est, en sorte, l'acceptation par le cœur, les actes et la parole de tout ce qui a été révélé et transmis.

Ainsi, l'islam distingue :

  • la croyance : ce que le cœur accepte et ce dont il se satisfait ;
  • et la foi : le degré d'attachement aux croyances et aux actes spécifiques dictés par la religion.

Croyances

Définition

Le prophète a défini la croyance (ou la foi) par une parole qui signifie : « La foi (Iman) est que tu croies en Dieu, en Ses anges, en Ses livres, en Ses messagers et en le jour dernier et que tu croies à la prédestination du bien ou du mal »[1].

Dans la jurisprudence religieuse, l'adhérant à l'islam est nommé mouslim (musulman) et l'adhérant à l'iman est nommé mou'min (croyant), sans pour autant faire de dissociation entres les deux car le sens de ces termes est jugé similaire.

En effet, l'Imam Abou Hanifah (mort en 150/767) a explicité la position musulmane concernant le rapport entre l'iman et l'islam en ces paroles: « Ils sont comme le revers et le plat de la main », c'est-à-dire inséparable, et par conséquent tout musulman (mouslim) est considéré comme croyant (mou'min) et vis-versa.

Les juristes musulmans ont dit que sans une acceptation totale de la foi (iman) par le coeur, l'appartenance de quiconque à l'islam est invalide. De même, tout conversion à l'islam n'est valable que par la foi (iman) dans le coeur et additionné de la prononciation verbale des deux "témoignages de foi" (Ach-Chahadah) à savoir par exemple "Je témoigne qu'il n'y pas d'autre dieu que Dieu et je témoigne que Mouhammad est le Prophète de Dieu".

Cependant, il existe plusieurs degrés de croyants (mou'minoun). En effet les musulmans pratiquant parfaitement les prescriptions religieuses sont considéré comme des "croyants complets" alors que les autres sont dit "croyants incomplets" ou "croyant faible de foi".

Dieu

 
Image:Allah-green.svg
 

Le fondement doctrinal de tous les musulmans, sunnites et chiites, est que cet univers et ce qu'il contient a un Créateur qui est Dieu et qu'il a des attributs de perfection dignes de Lui. Dieu a des attributs indénombrables, mais les théologiens en citent fréquemment treize qui sont souvent répétés dans le Coran, à savoir[2] :

  • L'Existence (al-Woujoûd) : Dieu existe sans doute. Il existe sans endroit et sans comment et Il n'est pas dépendant du temps.
  • L'Unicité (al-Wahdaniyyah) : Dieu est unique, Il n'a pas d'associé, unique de par Lui-même, de par Ses attributs et de par Ses actes.
  • L'Exemption de début (al-Qidam) : Dieu est éternel exempt de début, il n'y n'a pas de début à Son existence. Il existe avant les créatures.
  • L'Exemption de fin (al-Baqa') : Dieu est éternel exempt de fin, il n'y pas de fin s'agissant de Lui. Il ne s'anéantit pas.
  • Le Non-besoin (al-Qiyamou bi n-Nafs) : Dieu n'a besoin d'aucune de Ses créatures et toutes les créatures ont besoin de Lui. Il a créé toute chose par sagesse et non par besoin.
  • La Puissance (al-Qoudrah) : Dieu est Tout-puissant, Il crée et anéantit tout ce qui existe à part Lui.
  • La Volonté (al-Iradah) : Tout ce qui se passe dans cet univers advient par le vouloir de Dieu, et toute chose est caractérisée par Dieu.
  • La Science (al-^Ilm) : Dieu sait toutes les choses avant qu'elles n'aient lieu.
  • L'Ouïe (as-Sam^) : Dieu entend tout ce qui est audible sans oreille ni aucun autre organe.
  • La Vue (al-Basar) : Dieu voit tout ce qui est visible sans pupille ni aucun autre organe.
  • La Vie (al-Hayah) : Dieu est vivant sans âme ni chair ni cœur. Sa vie n'a pas de ressemblance avec la nôtre. Il est vivant et ne meurt pas.
  • La Parole (al-Kalam) : Dieu parle sans langue ni lèvres; Sa parole n'est pas une langue arabe ou autre, et Sa parole n'a pas de ressemblance avec le langage des hommes.
  • La Différence absolue avec ce qui est créé (al-Moukhalafatou li l-Hawâdith) : Dieu n'a pas de ressemblance avec les créatures.

Et Dieu est exempt de toute imperfection telle que la fatigue, le changement ou le besoin.

On comprend d'un verset explicite du Coran « Rien n'est tel que Lui ». Et par conséquent tous les théologiens musulmans, qu'ils soient sunnites ou chiites, affirment que les versets non-explicites qui donneraient en apparence des organes ou un emplacement à Dieu, ne doivent pas être pris au sens littéral mais possèdent un sens métaphorique. Il existe pourtant des adeptes du littéralisme, considérés comme hétérodoxes par les sunnites ainsi que par les chiites.

Dieu existe mais Sa Réalité est différente de la nôtre. Dieu n'a ni main, ni visage, ni œil, ni jambe, ni humeurs. Dieu n'est pas confiné au-dessus du Trône, ni incarné dans le ciel ou la direction du haut. Le Trône est la plus immense des créatures de par la taille, il constitue le toit du paradis. Le paradis est au-dessus des sept cieux, il en est séparé.

Les musulmans se soumettent à Dieu, c'est la définition donnée pour l'adoration. C'est à Dieu que les musulmans se repentent uniquement. Le simple fait d'obéir à un supérieur ou solliciter l'aide d'une personne, n'est donc pas une adoration. Les musulmans glorifient ceux que Dieu a glorifié, à l'exemple des Prophètes, des Anges, etc. sans jamais les adorer.

Les Anges

Les musulmans croient en l'existence des Anges, que Dieu a créé de lumière. Dans leur véritable aspect, ils sont des êtres fins (non palpables) dotés de deux ou plusieurs ailes. Cependant, sans jamais prendre l’apparence d’une femme, ils apparaissent à certains pieux, généralement sous les traits d'un jeune et bel homme, dépourvu d'organes génitaux.

Les Anges exécutent en toute obéissance les ordres de Dieu, sans jamais Lui désobéir. En outre, ils sont différents des autres créatures qui éprouvent le besoin de boire, de manger, de dormir, de se marier etc.

Les Livres

Selon les Textes musulmans, les Livres révélés sont au nombre de 104, dont les plus connus sont :

  • Le Qour’ân révélé au Prophète Mahomet
  • La Torah (At-Tawrât) révélée à Moïse
  • L'Évangile (Al-Injîl) révélé à Jésus (Issah pour les musulmans), fils de Marie (Maryam).
  • Les Psaumes (Az-Zaboûr) révélés à David.

C’est depuis le Tableau Préservé, que sur ordre de Dieu, l'Ange Jibrîl (Gabriel) fait descendre les Livrés révélés sur les Prophètes concernés dans la langue de leur peuple. Selon les musulmans, le Coran est le dernier des livres révélés, car Mahomet est pour eux le dernier prophète

De tous ces livres révélés, seul le Coran subsiste intégralement sans aucune entorse du fait qu'il n'y aura plus de révélation Prophétique après Mahomet.

Le Coran

Premier Sourate du Coran, calligraphié par Hattat Aziz Efendi.
Premier Sourate du Coran, calligraphié par Hattat Aziz Efendi.
 

Le Coran (arabe : القرآن al qurān, lecture) est le livre le plus sacré des musulmans. C'est le premier livre à avoir été écrit en langue arabe, qu'il a contribué à fixer[réf. nécessaire]. Il regroupe les paroles divines qui, selon la croyance musulmane, ont été transmises au prophète Mahomet. Cette transmission de l'archange Gabriel à Mahomet a eu lieu de manière fragmentaire par voie auditive durant une période de vingt-trois ans. Après des débats houleux, le calife al-Mamum à Bagdad, vers 820 proclame le Coran, manifestation de la parole de Dieu, par dogme, incréé, éternel et inimitable. Le débat se prolongera jusqu'au IXe siècle. Ibn Hanbal, aux prises avec une véritable inquisition musulmane, ayant assigné le rôle des autres écrits - Haddith, Sunna — déclare finalement le Coran incréé de la première à la dernière page. Il ne peut donc pas avoir été écrit, précédé, ni prolongé. Son origine n'est pas humaine. Sa critique est une critique de Dieu. La seule étude du texte se résume à l'apprendre par cœur, et à le mettre en pratique. Il est au cœur de la pratique religieuse de chaque croyant. Pour les musulmans, le Coran est un livre Saint qui n'a pas subi d'altération après sa révélation, car Dieu a promis que ce livre durerait jusqu'à la fin des temps.

Le Coran est divisé en cent quatorze chapitres nommés sourates, de longueurs variables. Ces sourates sont elles mêmes composées de versets nommés âyât (pluriel de l'arabe âyah, « preuve », « révélation »).

La plupart des musulmans ont un grand respect pour le livre et font les ablutions, c'est-à-dire se lavent comme pour faire les prières, avant de lire le Coran. Les vieux Coran sont brûlés, et non détruits comme du vieux papier. Le statut théologique du texte le met en effet à l'écart de toute autre chose : le texte contenu dans le livre est la manifestation même et incréée du seul Dieu et de son seul service.

La plupart des musulmans mémorisent au moins une partie du Coran dans sa langue originale (l'arabe). Cette partie correspond aux versets nécessaires pour faire les prières quotidiennes. Ceux qui ont mémorisé le Coran en entier sont connus sous le nom de hāfiz (pluriel huffāz). Les musulmans pensent que le Coran n'est parfait que dans sa version originale en langue arabe. Ils pensent que les traductions étant d'origine humaine sont imparfaites et faillibles et aussi en raison de caractéristiques polysémiques proprement intraduisibles de l'arabe, et enfin parce que le contenu aurait été inspiré juste dans cette langue. Les traductions sont donc considérées comme des commentaires du Coran, ou des « interprétations de sa signification », et non comme le Coran lui-même. De nombreuses versions modernes du Coran présentent le texte arabe sur une page et la traduction sur la page lui faisant face.

Article détaillé : Coran.

Les Prophètes

Les musulmans considèrent que l’envoi des Prophètes est une Clémence et une Grâce de Dieu pour Ses créatures, car la raison à elle seule ne permet pas de connaître tout ce qui sauve dans l'Au-delà. Leur fonction principale est donc de montrer aux gens le chemin, la voie (la charia) qui mène au bonheur éternel. Et pour prouver leur véracité, Dieu les a appuyés par des faits hors du commun, à savoir les miracles qui constituent des défis implacables que personne ne peut contrecarrer ni imiter.

Tous les Prophètes de Dieu ont fait valoir un bon comportement et une conduite exemplaire. Il est alors impossible de leur attribuer le mensonge, la malhonnêteté ou la stupidité. De même, ils sont nécessairement immunisés contre la mécréance, les grands péchés et les petits péchés reflétant une bassesse de caractère, ceci avant et après la mission Prophétique. Le premier est Adam et le dernier est Mouhammad.

Selon l'islam tous les prophètes sont musulmans et ont tous appelé les gens à entrer dans la religion de l'islam. En effet, la signification de l'islam est croire en le Dieu unique sans rien lui associer et de croire au message du Prophète envoyé pour son époque.

Les Textes expliquent que Adam a inauguré la fonction Prophétique, tandis que c’est par Mahomet, le dernier, qu’elle a été clôturée. Leur nombre est très grand, citons quelques uns : Abraham (Ibrâhîm), David (Dâwoûd), Isaac (Ishâq), Ismaël (Ismâ'îl), Jacob (Ya'qoûb), Jean-Baptiste (Yahyâ), Jethro (Chou'ayb), Job (Ayyoûb), Jonas (Yoûnous), Joseph (Yoûçouf), Loth (Loût), Moïse (Moûçâ), Noé (Noûh), Salomon (Soulaymân), Zacharie (Zakariyyâ), Jésus (Issah).

Mahomet

Article détaillé : Mahomet.

Le chef religieux et politique arabe Mahomet (محمد en arabe)), dont le nom est parfois aussi transcrit par Mohammed, Muhammad, etc. en français[3] est le fondateur de l'islam et de la communauté musulmane (Oumma).Le Prophète Mahomet serait originaire d'une tribu du Moyen Orient, les Touhami. Il est considéré comme le dernier prophète du monothéisme par les musulmans et il n'est reconnu comme prophète que par cette communauté. Les musulmans ne le considèrent pas comme le fondateur d'une nouvelle religion, mais pensent qu'il est le dernier d'une lignée de prophètes de Dieu (du monothéisme) et considèrent que sa mission est de restaurer la foi monothéiste originale d'Adam, Abraham et d'autres prophètes, foi qui avait été corrompue par l'homme au cours du temps[4] [5].

Pendant les 23 dernières années de sa vie, Mahomet dicte des versets, qu'il dit recevoir de Dieu par l'intermédiaire de l'ange Gabriel (Jibril), à des fidèles de plus en plus nombreux séduits par ce nouveau message. Le contenu de ces révélations sera compilé après la mort de Mahomet en un ouvrage, le Coran, livre saint des musulmans[6].

Hadith
Article détaillé : Hadith.

Les hadiths sont les paroles ou actes de Mahomet considérés comme des exemples à suivre par les musulmans. Les écoles de jurisprudence Madhhab considèrent les recueils de hadiths comme des instruments importants permettant de déterminer la sunnah, la « tradition » musulmane. Le hadith était à l'origine une tradition orale qui rapportait les actions et coutumes de Mahomet. Cependant, à partir de la première fitna, au VIIe siècle, ceux qui ont reçu les hadiths ont commencé à questionner les sources des paroles[7]. Leur crédibilité est généralement proportionnelle au crédit des témoins qui les ont rapportés. Cette chaîne de témoins est appelée isnad. Il est généralement admis que c'est pendant le règne du calife Umar II, au VIIIe siècle, qu'ont commencé les transcriptions par écrit de grands recueils de hadiths, qui se sont stabilisés au siècle suivant. Ces recueils de hadiths sont, encore aujourd'hui, pris comme références dans les sujets en rapport avec le fiqh ou l'histoire. Les hadiths ne sont pas partagés par tous les courants musulmans. Chaque courant possède son corpus de hadiths, selon la chaîne de témoins considérée comme le plus fiable.

Une grande majorité de sunnites considèrent les hadiths comme des suppléments et des clarifications essentielles au Coran. Dans la jurisprudence islamique, le Coran contient le germe de nombreuses règles de comportement attendues d'un Musulman. Cependant, de nombreux sujets, religieux ou profanes, ne sont pas encadrés par des règles coraniques. Les Musulmans croient donc qu'en examinant le mode de vie, ou sunnah, de Mahomet et ses compagnons, ils pourront découvrir les comportements à imiter et ceux à éviter. Les penseurs musulmans trouvent utiles de savoir comment Mahomet ou ses compagnons ont expliqué les révélations, ou à quelle occasion Mahomet les a reçues. Parfois, cela clarifiera un passage qui semblerait obscur autrement. Les hadiths sont aussi une source historique et biographique.

Ils sont considérés comme une source d'inspiration religieuse, alors que certains musulmans considèrent que le seul Coran est suffisant. Les chiites ont en effet plus de réserves à leur égard. Entre autre, ils n'éprouvent aucune gêne à la reproduction de visages humains, comme ceux de personnalités cultes telles Ali et Hussein.

L'Au-Delà

Les musulmans croient qu'un certain nombre d'évènements surviennent après la mort dont les plus importants sont chronologiquement énumérés :

  • Le Jour du Jugement : Il surviendra après la fin du monde, et il durera 50'000 ans. Dieu jugera les gens sans intermédiaire. Ceci aura lieu sur cette Terre-ci qui sera transformée en une nouvelle Terre plus vaste et totalement aplanie. Voilà les étapes qui auront lieu :
  • La Résurrection : Il marque le début du Jour du Jugement. Les gens seront ressuscités par Dieu pour être jugés.
  • Le Rassemblement : Tous les gens seront rassemblés en un lieu pour être jugés.
  • L'Exposition des actes : Chacun aura ses actes, bons ou mauvais, qui seront exposés.
  • La Rétribution : En fonction de leur actes, les gens seront récompensés ou châtiés.
  • La Balance : Les actes seront pesés sur une balance réelle.
  • Le Pont : Il relie la nouvelle Terre aux abords du Paradis et il sera dressé au-dessus de l'Enfer dans lequel tous les mécréants chuteront ainsi que certains musulmans désobéissants.
  • Le Bassin : Chaque communauté aura son bassin duquel les croyants boiront avant d'entrer au Paradis.
  • L'Intercession : Avec la permission de Dieu, les Prophètes, ainsi que d'autres intercèderont pour les croyants qui méritent le châtiment.
  • L'Enfer : C'est un endroit dans lequel seront châtiés les mécréants éternellement, ainsi que pour une période certains croyants désobéissants.
  • Le Paradis : C'est une demeure de félicité éternelle réservée pour les croyants.
  • La Vision du Seigneur : Les croyants verront Dieu, sans notion de distance et sans qu'il y ait un doute sur cette vision.

Certains musulmans croient à la question, au supplice et à la félicité de la tombe. Ceci n'est pas mentionné dans le coran et fait l'objet d'une controverse. Selon ces croyances, après la mort, la personne sera questionnée dans sa tombe par deux Anges du nom de Mounkar et Nakir. Le croyant pieux aura la félicité dans sa tombe, tandis que le mécréant et certains musulmans désobéissants seront châtiés.

La Prédestination

La prédestination fait partie des fondements essentiels de l'Islam. Elle consiste à croire que tout ce qui se produit dans ce monde -qu’il s’agisse de nos actes volontaires ou involontaires- est prédestiné par Dieu. La volonté de Dieu se réalise toujours selon sa science éternelle. Ainsi, toute chose –bonne ou mauvaise- que Dieu a su qu’elle existera se réalisera en temps voulu. Et celle dont Dieu n’a pas voulu l’existence, ne se réalisera pas. Par conséquent, si tous les gens se mobilisent pour nous faire profiter d’un bienfait ou pour nous causer un mal qui ne nous a pas été prescrit, ils n’y parviendront pas.

Dieu a tout prescrit dans le Tableau Préservé (Al-Lawhou al-Mahfoûdh) comme l'apprend le Coran : « C'est Nous (Dieu) qui ressuscitons les morts. Nous faisons inscrire ce qu'ils ont fait et les conséquences de leurs œuvres. Et Nous avons dénombré toute chose dans un Tableau clair.»[8]

Les cinq piliers de l'islam

Article détaillé : Piliers de l'islam.

Les cinq Piliers de l'islam constituent des préceptes fondamentaux obligatoires pour les musulmans sunnites. Les autres courants de l'islam acceptent ces préceptes et en ajoutent d'autres.

Les cinq piliers dans le sunnisme sont la base sur laquelle le musulman sunnite construit sa vie pour se conformer à la révélation.

Shahada (profession de foi)

Article détaillé : Chahada.

Cette confession de foi musulmane est très brève : لآ اِلَـهَ اِلاَّ لله محمد رسول الله (Lâ ilâha illa-llâh, (wa) muḥammadun rasûlu-llâhi), pouvant se traduire par « Je témoigne qu'il n'y a pas de vraie divinité sinon Dieu (Allah) et que Mahomet est son messager. »

Elle consiste pour le croyant, en toute connaissance de cause et non sous la contrainte, à accepter et proclamer deux choses :

  1. tout acte d'adoration ne doit être dirigé que vers Allah ;
  2. Mahomet est le messager d'Allah, ce qui en fait un modèle pour le croyant.

Salat (prière)

 
Musulmans en prière dans une mosquée.
Musulmans en prière dans une mosquée.
 
Article détaillé : Salat (islam).

Outre la prière à la demande ou surrogatoire (nâfilah), chaque musulman est tenu d'effectuer cinq prières quotidiennes obligatoires (faridah). Elle s'appelle namāz dans les pays de langue indienne ou perse.

La prière doit s'effectuer en état de pureté : si ce n'est pas le cas, il faut pratiquer les ablutions.

La prière s'effectue tourné vers la Kaaba (située à la La Mecque, ville d'Arabie Saoudite); l'orant (le prieur) doit exprimer l'intention qui l'a conduit à la prière explicitement (niyah).

Zakat (taxe purificatrice)

Article détaillé : Zakat.

C'est un impôt légal purificateur calculé dans les pays musulmans sur les revenus du foyer et destiné aux pauvres. La zakat ne doit pas être confondu avec les aumônes.

Elle correspond à 2,5% (ou 1/40) de l'épargne du musulman si cette épargne dépasse un certain montant évalué à 85 grammes d'or soit actuellement à environ 1100 euros et si elle subit une révolution annuelle. Attention, l'épargne musulmane étant calculée en grammes d'or et non en monnaie contemporaine, le nombre ci-dessus est variable d'années en années.

Le musulman est tenu de calculer chaque année lunaire (hégire) ce montant et le donner aux gens les plus pauvres de sa communauté en commençant par sa famille (à l'exception de ceux qu'il a en charge) et ses voisins.

Saoum (jeûne)

Article détaillé : Saoum.

C'est le jeûne effectué durant le mois lunaire du Ramadan. Ce jeûne est prescrit par le Coran, il consiste à s'abstenir de manger, de boire, de fumer et d'avoir des relations sexuelles depuis l'aube jusqu'au coucher du soleil :

« Mangez et buvez jusqu'à ce que l'on puisse distinguer à l'aube un fil blanc d'un noir. Jeûnez, ensuite, jusqu'à la nuit. » 
    — Le Coran (II; 185)

Le ramadan est une période de recueillement et le jeûne une occasion de partager la situation des indigents. La personne malade ou qui doit entreprendre un grand voyage peut ne pas respecter le jeune, il doit alors s'acquitter d'une dette après le Ramadan.

Hadj (pélerinage à la Mecque)

Article détaillé : Hadj.

Le pèlerinage à la Mecque doit être effectué au moins une fois dans sa vie pour qui en a les moyens matériels et la capacité physique. C’est entre le 8 et le 13 du mois lunaire de Dhou al Hijja qu’a lieu le Grand Pèlerinage à La Mecque, 5e pilier de l’islam.

Autres croyances

Interdits alimentaires

Articles détaillés : Halal et haram.

La loi islamique fournit un ensemble de règles régissant ce que les musulmans mangent. Ces règles spécifient ce qui est halāl, c'est-à-dire légal. Ces règles se trouvent dans le Coran, qui décrit aussi ce qui est illégal ou harām. Il existe aussi d'autres règles venant s'ajouter à celles-ci qui ont été émises dans des fatwas par des mujtahids; mais elles ne sont suivies que par leurs propres disciples et non l'ensemble des musulmans.

La loi islamique interdit aux musulmans de consommer de l'alcool, de boire ou de manger du sang et ses produits dérivés, et de manger la viande d'animaux carnivores ou omnivores comme le porc, le singe, le chien ou le chat (les poissons piscivores ne sont pas considérés comme carnivores). Pour que la viande d'un animal terrestre soit halal, il faut que l'animal soit abattu de manière adéquate par un musulman ou par des gens du livre, tout en mentionnant le nom de Dieu (Allah en arabe). L'animal ne doit donc pas être tué en l'ébouillantant ou par électrocution et la carcasse doit être saignée avant d'être consommée. Différentes règles s'appliquent aux poissons. En général, les poissons à écaille sont toujours halāl, bien que certaines fatwas déclarent les poissons dépourvus d'écailles (comme le poisson-chat) et les coquillages comme harām. Les règles d'interdiction concernant les animaux peuvent être contournées quand un musulman risque de mourir de faim et qu'aucune nourriture halāl n'est disponible.

L'abattage rituel islamique est appelé Dhabiĥa. D'après certaines fatwas, l'animal ne peut être abattu que par un musulman. Cependant, d'autres fatwas considèrent que d'après le verset 5:5 du Coran, l'abattage peut être fait par des gens du livre[9]. La viande kasher est considérée comme halāl, mais la réciproque n'est pas vraie.

Symboles et représentations

Représentation de Mahomet portant une tunique verte, ainsi qu'un turban où on distingue du vert.
Représentation de Mahomet portant une tunique verte, ainsi qu'un turban où on distingue du vert.

Les musulmans ne sacralisant pas d'icônes, de couleurs ou de façon plus générale des choses, car cela est considéré par eux comme allant contre l'esprit du monothéisme, un certain aniconisme plus ou moins strict existe dans l'islam (voir l'article Représentation figurée dans les arts de l'Islam). Ainsi, les musulmans se servent plutôt de versets du Coran calligraphiés comme par exemple dans le palais de l'Alhambra, des formes géométriques (arabesques) ou de représentation de la Ka'ba pour décorer les mosquées, les maisons et les lieux publics.

On associe souvent le symbole du croissant et de l'étoile à l'islam. Il s'agit à l'origine du symbole de l'Empire Byzantin, repris à sa chute par l'Empire ottoman[10].

La couleur verte est souvent associée à l'islam. Du temps de Mahomet, les premiers drapeaux brandis par les guerriers musulmans étaient verts. L'origine de cette couleur est simple. Les arabes étant un peuple du désert, le paradis a pour eux été décrits comme verdoyant, où des sources d'eau couleraient en abondance, où les fidèles y porteront des habits de soie verts (Coran 18:31). Avant l'islam, la légende d'al-Chadir (l'Homme vert), témoigne de l'importance de cette couleur pour ce peuple. Enfin, Mahomet aurait déclaré que le vert est sa couleur préférée et portait souvent des habits et un turban de cette couleur. Seuls les califes seront autorisés à porter un turban de cette couleur[11]. On retrouve la symbolique du vert comme symbole du panarabisme aujourd'hui.

Organisation

Le califat

Les califes (arabe : خليفة) désignent les successeurs de Mahomet. Le porteur du titre a pour rôle de garder l'unité de l'Islâm et tout musulman lui doit obéissance : c'est le dirigeant de l’oumma, la communauté des musulmans.

Mahomet est mort sans désigner de successeur et sans laisser un système pour en choisir un. Par conséquent, le califat a été établi. Le calife (arabe : خليفة, signifiant « successeur » ou « représentant ») a pour rôle de garder l'unité de l'Islâm et tout musulman lui doit obéissance : c'est le dirigeant de l'oumma, la communauté des musulmans. Certains des premiers califes portaient le titre de Khalifat Allah, signifiant « représentant de Dieu », mais le titre alternatif Khalifat rasul Allah, signifiant « successeur du messager de Dieu » est ensuite devenu le titre courant.

Les chiites ne reconnaissent que les quatre premiers califes, le dernier étant Ali, père de tous les immams. Les chiites estiment que le calife suivant, Yazid Ier a été coupable de la mort d'Hussein, et par là toute succession de califes aurait perdu sa légitimité.

Certains califes étaient souvent appelés Amīr al-Mu'minīn أمير المؤمنين « Commandeur des croyants ». Le titre a été raccourci et latinisé en « émir ».

Aucun des premiers califes n'a dit avoir reçu des révélations divines, comme ce fut le cas pour Mahomet. Mahomet étant le dernier prophète, aucun des califes n'a dit être un nabī, « prophète » ou un rasul « messager divin ». Les révélations faites à travers Mahomet ont rapidement été codifiées et écrites dans le Coran, qui a été accepté comme autorité suprême, limitant ainsi ce que le Calife pouvait diriger. Cependant, les premiers califes pensaient être les chefs spirituels et temporels de l'islam, et insistaient sur le fait que l'obédience au calife en toutes choses était la marque d'un bon musulman. Le rôle est devenu cependant strictement temporel avec l'ascension des oulémas.

Après les quatre premiers califes (Abou Bakr, Omar, Uthman et Ali ibn Abi Talib), le titre a été revendiqué par les Omeyyades, les Abbassides et les Ottomans, ainsi que par d'autres lignées en Espagne, en Afrique du nord et en Égypte. La plupart des dirigeants musulmans portaient simplement le titre de Sultan ou Émir, et prétaient allégeance à un Calife qui avait souvent peu d'autorité. Le titre n'existe plus depuis que la république de Turquie a aboli le califat Ottoman en 1924.

Alors que le califat a été un sujet de discorde entre dirigeants musulmans, ce sujet a été peu évoqué depuis 1924. De nombreux musulmans souhaiteraient le rétablissement du califat, mais des restrictions ainsi que l'activité politique de nombreux pays musulmans, combinés aux obstacles pratiques à l'unification de plus de cinquante États-nations en une seule institution ont limité les efforts pour faire revivre le califat.

La Loi islamique

Articles détaillés : Sharia et Droit musulman.

La Sharia est la loi islamique. Le Coran est la source principale de la jurisprudence islamique (fiqh). La sunnah n'est pas un texte en soi comme le Coran, mais signifie l'adhésion des musulmans aux sujets en rapport avec la pratique religieuse. La place des Tags :


» Catégorie Not specified
Commentaires (4) :: Poster un commentaire :: Lien permanent :: Envoyer à un ami

"Des images extraordinaires "

  : Ajouté le 27/7/2007 à 22:42

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bism5


 

rosebouq
Miracles 
                                                 


Description : Un cactus forme le nom d'Allah. Soubhan'Allah

 

 

 

 


Description :" Ceci c'est une niche d'abeille qui porte une ecriture arabe signifiant " Allah"

 

   


Description : Regardez votre main, elle a la forme d'Allah.

 


Description : Ce rocher a la forme d'un homme qui se prosterne devant Allah !!!! Soubhan'Allah !!!!

 


Description : Soubhan'Allah !!!!! Inscrit sur le bébé "Allahou Wouakbar"

 

N'oubliez pas svp de laisser des commentaires !                                                 

Tags :

» Catégorie Not specified
Commentaires (1) :: Poster un commentaire :: Lien permanent :: Envoyer à un ami

"Les vertues de la prière Musulmane "

  : Ajouté le 27/7/2007 à 23:34

tareq-al-houda  
 
 
les vertus de la priere

89121928.gif
 

La Prière : est le deuxième pilier des piliers de l'islam et le pilier le plus important de l’islam après la Shahada (le témoignage de foi).

La Prière : est un lien entre le serviteur et son Seigneur. Le prophète – qu’Allah prie sur lui et le salue - a dit : « en effet, quand l’un d'entre vous prie, il parle en privé avec son Seigneur. » [rapporté par Al-Bukhari] Et Allah dit dans le hadith qudsi : « J'ai divisé la prière entre Moi et Mon serviteur en deux parties et Mon serviteur aura ce qu'il demande. »

Ainsi quand le serviteur dit : ' Al-Hamdulillahi Rabb-il-'Alamin ', Allah dit : ' mon serviteur m'a loué. '

Et quand il dit : 'Ar-Rahman-ir-Rahim', Allah dit : ' mon serviteur m'a glorifié. '

Et quand il dit : 'Maliki-yawm-id-Din', Allaah dit : ' mon serviteur m'a honoré. '

Et quand il dit : ' Iyyaka Na'bdu wa Iyyaka Nasta'in ', Allah dit : ' ceci est entre Moi et Mon serviteur et Mon serviteur aura ce qu'il demande. '

Et quand il dit : ' Ihdinas-Siraat-al-Mustaqim. Sirat-aladhina an'amta ' alaihim. Ghairil-Maghdoubi ' alaihim wa la Dallin ', Allah dit : ' ceci est pour Mon serviteur et pour Mon serviteur ce qu'il demande. ' " [Rapporté par Muslim]

La Prière : est un jardin de 'ibadat (les actes d'adoration), dans lequel chaque type splendide d'adoration est trouvé. Il y a le takbir, par lequel la prière est introduite, la position debout pendant laquelle la personne récite la parole d'Allah, l’inclinaison pendant laquelle il vante son Seigneur, le retour de l’inclinaison, qui est remplie des louanges à Allah, la prosternation pendant laquelle il glorifie Allah le Très-Haut et pendant laquelle il l'implore par l’invocation, l’assise dans laquelle il y a le tashahud, des invocations et la fermeture par le taslim.

La Prière : est le moyen d'appui et d'aide en période de détresse et de chagrin. Et elle empêche les actes mauvais et honteux. Allah dit : « cherchez l'aide dans la patience et la prière. » Et Il dit : « récitez ce qui vous a été révélé du Livre et établissez la prière. En vérité, la prière empêche les actes mauvais et honteux. »

La Prière : est la lumière des croyants dans leurs cœurs et en leur lieu de réunion (le jour du jugement). Le prophète – qu’Allah prie sur lui et le salue - a dit : « la prière est légère. » Et il – qu’Allah prie sur lui et le salue - a dit : « quiconque la préserve (la prière), elle sera une lumière, une preuve et un (moyen de ) salut pour lui le jour du jugement. » [Rapporté par Ahmad, Ibn Hiban et At-Tabarani]

La Prière : est la joie et le plaisir des âmes des croyants. Le – qu’Allah prie sur lui et le salue - a dit : « mon plaisir a été placé dans la prière. » [Rapporté par Ahmad et Nasa'i]

La Prière : efface les péchés et expie les mauvais actes. Le prophète – qu’Allah prie sur lui et le salue - a dit : « que pensez-vous s'il y avait une rivière devant la porte de l'un d'entre vous et où il se  baignerait cinq fois par jour, resterait-il une saleté sur lui ? » Ils (les compagnons) ont répondu : «  il ne resterait pas là de saleté sur lui. » Le prophète – qu’Allah prie sur lui et le salue - dit : « Il en est de même avec les cinq prières (quotidiennes), par elles Allah efface les péchés (mineurs)." » [Rapporté par Al-Bukhari et Muslim] Et le prophète – qu’Allah prie sur lui et le salue - a dit : « les cinq prières (quotidiennes) et du Jumu'ah (la prière) au Jumu'ah (la prière) sont une expiation pour ce qui (des péchés) arrive entre eux tant que l'on ne commet pas de grands péchés. » [Rapporté par Muslim]

La Prière en congrégation : Ibn 'Umar (qu’Allah l’agrée) a rapporté que le prophète – qu’Allah prie sur lui et le salue - a dit : « la Prière en congrégation est meilleure que la prière seul de vingt-sept degrés. » [Rapporté par Al-Bukhari et Muslim] Ibn Mas'ud (qu’Allah l’agrée) a dit : « Quiconque serait heureux de rencontrer Allah demain en étant musulman, qu’il préserve ces cinq prières du lieu où elles sont appelées (c'est-à-dire les mosquées), car en vérité, Allah a légiféré pour votre prophète les voies de la guidée. Et en effet ces (cinq prières à la mosquée) font partie des voies de la guidée. Et si vous deviez prier dans vos maisons comme cet homme qui s'abstient (de prier dans à la mosquée) et prie dans sa maison, alors vous auriez abandonné la Sunna de votre prophète. Et si vous deviez abandonner la Sunna de votre prophète – qu’Allah prie sur lui et le salue - vous vous égareriez. Il n'y a pas un homme qui fasse ses ablution et les fasse bien, puis a l'intention d'aller à une de ces mosquées sans qu'Allah ne lui enregistre une bonne action pour chaque pas, l’élève d’un degré et efface un mauvais acte par cela. Vous nous avez certainement vu et personne ne s'abstenait de la prière (à la mosquée) sauf l'hypocrite dont l'hypocrisie était bien connue. Et en effet un homme était porté soutenu par deux hommes jusqu’à ce qu'il soit debout dans le rang (pour la prière). » [Rapporté par Muslim]

Al-Khushu' (le recueillement) dans la Prière, ce qui signifie 1) que le cœur est présent et attentif et 2) préserver cet état- sont tous deux des moyens d'entrer au Paradis. Allah dit : «  en effet les croyants sont couronné de succès. Ceux qui craignent dans leurs prières (khashi’un). Et ceux qui se détournent de la conversation vaine. Et ceux qui payent leur Zakat. Et ceux qui protègent leurs parties intimes- Sauf avec leurs conjointes ou ce (des femmes) que leurs mains possèdent, car en effet ils ne sont pas blâmable (). Ainsi quiconque recherche en dehors de cela, alors ceux-là sont les transgresseurs. Et ceux qui maintiennent leur confiance et leurs engagements. Et ceux qui préservent leurs prières. Ils sont les héritiers - ceux qui hériteront Al-Firdaws (le plus haut le niveau dans le Paradis), dans lequel ils seront pour toujours. »

Etre sincère envers Allah dans la prière et l'exécuter selon la manière décrite dans la Sunna sont les deux conditions fondamentales pour son acceptation. Le prophète – qu’Allah prie sur lui et le salue - a dit : « en vérité, les actions ne valent que par leurs intentions et chaque personne aura selon ce qu'elle a eu comme intention. » [rapporté par Al-Bukhari et Muslim] Et il – qu’Allah prie sur lui et le salue - a dit : « priez comme vous m’avez vu prier. » {Rapporté par Al-Bukhari]

Écrit par Muhammad Ibn Salih Al-'Uthaimin

 

                                                                                415340739.gif

Tags :

» Catégorie Not specified
Commentaires (3) :: Poster un commentaire :: Lien permanent :: Envoyer à un ami

<- Précedent :: Suivant | | ->

A propos du blogueur

Ce blog nous enseigne les vertues islamiques !

«  February 2017  »
MonTueWedThuFriSatSun
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728


Menu

Photo album
• Accueil
• Voir mon profile
• Archives
• Email
• Blog RSS

Catégories

Amis

0

Liens

•
• http://Voir ma ShootBox !
•
•
•
•

Compteur

RSS

Services

•

Sondage

| Contact author |